Vous souhaitez passer votre permis de conduire, acquérir un véhicule, mais vous vous demandez, concrêtement, quelles sont les démarches à effectuer. Découvrez nos réponses dans cet article.

Le permis de conduire 

Passer le permis pour une personne sans handicap peut s'avérer parfois difficile, cela l'est au moins tout autant pour une personne atteint d'hémiparésie.
Selon la nature de votre handicap, il est propable que, si vous avez des difficultés d'ordre moteur, on vous oriente sur un permis avec adaptations. 
Les adaptations peuvent aller du simple port de lunettes obligatoire, à l'ajout d'un rétroviseur plus large, un dispositif de palettes au volant, mais plus frequemment dans le cas d'un hémiparésie, du passage d'un permis à boite de vitesse automatique et d'une adaptation au niveau des pédales.

Le permis doit donc être effectué dans une auto école qui dispose d'un véhicule de ce type, il faut donc bien se renseigner lors de l'inscription en n'omettant aucune pathologie. Il n'est pas rare en effet, qu'une fois le code en poche, certains candidats s'aperçoivernt un peu tard que le véhicule proposé pour la conduite n'est pas adapté... et l'auto école est rarement conciliante pour les remboursement d'heures déjà payées...

Enfin, selon votre lieu d'habitation, sachez qu'il peut être difficile d'avoir un véhicule frequemment disponible (celui-ci peut être partagé entre plusieurs écoles), ce qui allongera fatalement le temps nécessaire à l'obtention du permis. Enfin, et c'est sans doute le point le plus épineux, les heures de conduite sur un véhicule adapté peuvent parfois être facturées davantage par votre auto-école, ce qui gonflera la note finale bien entendu.

L'examen final est identique à celui du permis B standard. On tiendra manifestement compte de votre handicap, mais l'inspecteur ne laissera passer aucune erreur de conduite : il faut donc être bien concentré jusqu'au bout pour obtenir le précieux sésame rose.

La durée de votre permis de conduire n'exedera pas 5 ans. Passé cette date, il faudra passer une visite médicale d'aptitude à la conduite pour le proroger. Dans le cadre de l'hémiparésie toutefois, n'hésitez pas à indiquer au médecin que votre handicap n'est pas évolutif et il devrait sans doute vous dispenser de ces visites médicales à l'avenir.

L'adaptation du véhicule

Une fois votre permis en poche, vous lorgnez sur votre premier véhicule : neuf ou occasion, la procédure sera la même : vous devrez l'adapter à votre handicap. Pour se faire, vous pouvez contacter des installateurs spécialisés et demander des devis. 

Une inversion de la pédale d'accélerateur (on accélere et freine du pied gauche, la pédale de droite étant relevée) coûte entre 600 et 800 €. 

Une partie de ces frais peut-etre financé par la MDPH, mais les délais sont assez long et le résultat incertain. Provisionnez donc votre budget en conséquence avant l'achat.

Lorsque votre véhicule a été modifié, il vous reste une dernière étape avant de vraiment en profiter : passer une visite médicale (encore une !) qui vérifiera que votre véhicule est bien conforme avec votre handicap. 





Catégorie : Vie à l'âge adulte