Bonjour à toutes et à tous ! Je me suis dit que mon témoignage pourrait peut être vous apporter. Je m'appelle Emilie, j'ai 20 ans et je suis atteinte d'une hémiparésie droite de naissance. Elle se manifeste par un manque d'habileté et de force au niveau de la jambe et du bras droit.

Mes parents ont remarqué ce problème (on n'a jamais employé le terme handicap et je ne le vis pas du tout en tant que tel) à l'âge de 6 mois, car je ne saisissais les objets que de la main gauche.
Suite à un rendez vous à l'hôpital (à l'actuel CAMPS), le diagnostic a été posé.

   
J'ai immédiatement été prise en charge a raison de plusieurs séances de kiné et d'ergothérapie par semaine à l'hôpital. Cela a continué à la maternelle et ensuite au primaire j'avais une séance de kiné + ergo par semaine à l'hôpital ainsi qu'une séance de kiné par semaine chez un kiné libéral. 
Au collège, cela a évolué, je n'allais plus au CAMPS (seulement un rendez vous annuel, sorte de check up), et je bénéficiais de 2 séances de kiné libérale par semaine.  

 

Au lycée, j'ai continué sur le même rythme.
Maintenant que je suis dans le supérieur dans une ville différente j'ai donc changé de kiné (dur de changer les habitudes après 11 ans), mais toujours au rythme de 2 séances par semaine.

 Je dois préciser que si ce rythme peut vous paraître soutenu il est du au fait que je ne fasse pas de sport (pas par impossibilité mais car je n'aime pas ça) et que je souhaite conserver mes acquis (souplesse, habilité).   Mais le sport peut être une bonne alternative à la kiné je pense à partir d'un certain âge. 

 
Alors maintenant côté scolarité, je n'ai été pénalisée d'aucune façon. En effet, je suis entrée à l'école à 1an et 11 mois (petite fille de fin septembre propre et très bavarde). La directrice, formidable, n'a pas formulé d'objections, en apprenant mon petit "problème".

 

J'ai suivi une scolarité tout à fait normale, j'étais très intéressée, autonome et vive d'esprit. On m'a même proposé de sauter le CM2, chose que j'ai refusé ne voulant pas me séparer de mes amis.
Collège, lycée, tout c'est très bien passé, je n'ai jamais redoublé, j'ai été une bonne élève (simplement dispense de sport étant donné que je n’aimais pas le "sport-compétition" et comme j'avais un niveau moindre en sport, je ne voulais pas de différence avec les autres, j'ai donc demandé une dispense).
J'ai obtenu un bac S mention assez bien.
Par la suite, j'ai intégré une grande école de commerce post-bac où je suis en troisième année. Cela fait donc trois ans que j'ai quitté mes parents pour prendre mon indépendance, j'ai mon petit chez moi et tout se passe à merveille.

Pour finir (oui je sais je suis bavarde), côté relationnel, ça c'est toujours très bien passé, mes parents m'ont élevé de la même façon que mon frère et ma sœur (plus jeunes) sans jamais faire de différences. Je les en remercie d'ailleurs.
A l'école maternelle et primaire, on m'a toujours acceptée comme les autres, les petits camarades étaient au courant et ne m'ont jamais fait de remarque désagréable, ils m'aidaient quand j'avais du mal à faire quelque chose.
Au collège et au lycée, la plupart des gens ne connaissait rien de ma particularité, ou quand ils le savaient étaient compréhensifs. Je mettais simplement mes profs au courant, surtout mes profs de maths et matières scientifiques (pour les exercices plus "pratiques").

J'ai des amis formidables, je fais du shopping, des soirées, je vais en boite, bref, j'ai et j'ai toujours eu une vie ordinaire, la même que celle des gens de mon âge, à la différence près que j'ai des rendez vous de kiné.... 

Après, c'est vrai qu'il y a différents niveaux d'atteinte dans l'hémiparésie, mais je veux rassurer les parents et leur dire que nous avons une vie normale, même s'il y a quelques adaptations. 

Voilà, j'espère que ce roman aura pu vous être utile.

Emilie





Catégorie : Témoignages